La ruée vers l’or noir

Frank Turner, Douglas Bryce, Tristram Mallett

novembre 2010

Par Julie Triedman, The American Lawyer

Le 25 juin, alors que la réunion du G20 avait lieu à Toronto, la célébration d’un mariage économique Canada-Chine sans précédent s’est déroulée dans le cadre du magnifique hôtel Château Laurier, une institution centenaire d’Ottawa... À la suite des brefs discours des ministres de chaque pays, les cadres chinois et canadiens furent invités à signer les différents documents de l’entente.

Parmi les participants, surveillant le déroulement de la cérémonie, se trouvaient des avocats de la plupart des meilleurs cabinets d’avocats canadiens qui avaient conduit les négociations jusqu’à cette conclusion.

...

« Ne vous y trompez pas », indiquent les avocats de l’entente de Calgary, « les Chinois sont des clients de valeur ». Dans un environnement où les acquéreurs de capital-investissements sont demeurés dans les coulisses en ce qui a trait aux transactions portant sur l’énergie et où plusieurs investisseurs stratégiques hésitent à prendre de nouveaux risques, les nouvelles sociétés clientes nationalisées sont les cibles les plus importantes sur le marché. « C’est le genre de clients avec qui nous souhaitons travailler », indique Frank Turner, un associé d’Osler dans le domaine du pétrole et du gaz. « Ils sont le point d’entrée dans les plus grandes transactions dans le monde à l’heure actuelle. »

...

Osler a été le premier cabinet d’avocats canadien à attirer une société nationalisée chinoise vers une entente importante portant sur le pétrole canadien. Vers la mi-2005... CNPC [China National Petroleum Corporation — Société pétrolière nationale chinoise] a tenté d’acquérir PetroKazakhstan Inc., une société inscrite à la Bourse de Toronto et opérant à Calgary qui était, à ce moment-là, la deuxième plus grosse société pétrolière au Kazakhstan.

...

Les négociations portant sur PetroKazakhstan ont mis à l’épreuve les avocats d’Osler – Douglas Bryce de New York, Clay Horner de Toronto et Tristram Mallett de Calgary – comme très peu d’autres négociations l’avaient fait... les actionnaires ont approuvé la vente en octobre 2005.

...

En février 2006, Osler a intensifié ses efforts dans la recherche d’autres fonds souverains en Asie et au Moyen-Orient et de clients de sociétés pétrolières nationalisées. Le cabinet a développé des « équipes de couverture », des groupes d’associés concentrant leurs efforts en Inde, en Chine et au Moyen-Orient. Le même mois, Osler attirait Kevin Cramer... et une de ses connaissances a mis Osler en contact avec un autre client important, China Investment Corporation (Société d’investissement de Chine, CIC). Son premier rôle auprès de la CIC a été d’agir comme conseiller sur un investissement de 500 millions de dollars en obligations convertibles cautionnées de South Gobi Energy Resources Ltd., une société inscrite à la Bourse de Toronto. En mars 2010, la CIC a demandé au cabinet de préparer une soumission pour son plus gros investissement au Canada jusqu’à ce jour : 1,2 milliard de dollars en coentreprise et en placements en actions avec Penn West Energy Trust du Canada.

« Nous reconnaissons l’opportunité qui se présente », indique Frank Turner d’Osler, qui a travaillé à la transaction de la CIC, « et nous avons travaillé sans relâche pour la saisir ».

...

Cliquer ici pour l'article complet (en anglais seulement).