Rencontre avec Colleen Moorehead, chef de la direction client d’Osler

Colleen Moorehead

19 novembre 2015

Tim Kiladze, journaliste au quotidien The Globe and Mail s’est récemment entretenu au cours d’un dîner avec Colleen Moorehead afin de rédiger l’article intitulé « Colleen Moorehead – Osler’s high-energy, well-connected chief client officer ». Lors de cet entretien, Colleen Moorehead a partagé sa vision et ses expériences, y compris son parcours qui l’a amenée à occuper aujourd’hui le poste de chef de la direction client au sein du cabinet Osler, ainsi que les défis qu’elle a dû affronter en cours de route. Elle a également parlé de sa vie de famille et de ses initiatives en matière de bénévolat qui lui ont valu de remporter un prix honorifique 2015 de Catalyst Canada.

Bien qu’il lui soit difficile de déterminer la cause qui lui « tient le plus à cœur », Colleen Moorehead affirme que prendre les moyens pour favoriser une plus grande diversité au sein des entreprises au Canada – tant du point de vue de l’inclusion que du point de vue des affaires – est une initiative qui occupe son esprit depuis plus longtemps que tout autre projet. Voilà ce qui explique son engagement de longue date envers le Judy Project, d’abord en tant que partenaire fondatrice et, aujourd’hui, à titre de directrice du développement des affaires.

Le Judy Project, nommé en l’honneur de la regrettée Judy Elder qui fut membre de la haute direction de Microsoft Canada, a été mis en œuvre pour soutenir et préparer les femmes à assumer des postes de haute direction. Selon l’article, plus de 300 futures leaders ont terminé le programme qui leur permet de créer des réseaux personnels de soutien au fur et à mesure qu’elles grimpent les échelons de l’entreprise.

Forte d’un solide réseau de contacts, comme le précise Tim Kiladze, et d’une authenticité rafraîchissante, Colleen Moorehead est souvent approchée par des femmes qui lui demandent des conseils afin de savoir comment elles peuvent se démarquer. Étant donné que chaque personne est différente, il est plutôt difficile de définir une clé « passe-partout » de la réussite. Cependant, Colleen Moorehead révèle sa théorie : « De bonnes choses arrivent aux personnes qui lèvent la main et osent poser le premier geste ». Il s’agit là d’une affirmation brève, mais forte, qui, précise-t-on dans l’article, résume non seulement sa carrière, mais se veut un conseil avisé à l’intention de la prochaine génération.

Lisez l’article complet intitulé  « Colleen Moorehead – Osler’s high-energy, well-connected chief client officer ».