Osler célèbre la Journée internationale des femmes de 2018

Colleen Moorehead

Le 21 mars 2018

Le 8 mars 2018, Osler a tenu son tout premier événement en appui à la Journée internationale des femmes, une journée visant à souligner les accomplissements sociaux, économiques, culturels et politiques des femmes et à lancer un appel pour que des mesures soient prises pour accélérer la parité hommes-femmes. Plus de 150 femmes membres d’Osler se sont rassemblées à notre bureau de Toronto pour l’événement, qui comportait notamment une discussion enrichissante et inspirante sur la pertinence, encore aujourd’hui, d’une Journée internationale des femmes.

Joyce Bernasek, associée du groupe de pratique des services financiers et coprésidente du Réseau des avocates d’Osler, a prononcé un mot d’ouverture sur la pertinence et l’histoire de la Journée internationale des femmes. Colleen Moorehead, chef de la direction client d’Osler et fondatrice du Judy Project, un forum pour cadres conçu pour soutenir et préparer les femmes à occuper des postes de haute direction, a animé la discussion, tandis que Tracy Sandler, associée du groupe Insolvabilité et restructuration d’Osler, a prononcé le mot de la fin. Parmi les panélistes présentes, notons Tamara Finch, directrice générale, Gestion de portefeuille, du Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l’Ontario; Michelle Khalili, directrice générale, Marchés du capital de risque, Marchés mondiaux CIBC, nouvelle présidente du Réseau des femmes CIBC et présidente sortante de100 Women in Finance; Camilla Sutton, présidente et chef de la direction de Women in Capital Markets (WCM); et Kristy Payne, chef des communications, Plan International Canada.

Les panélistes, qui prônent toutes des stratégies relatives à la diversité dans leurs rôles respectifs, ont partagé leurs impressions et expériences personnelles sur une variété de sujets, notamment les initiatives en matière de diversité au sein de leurs organisations respectives, la portée de cette culture au sein des organisations et des collectivités et sa répercussion sur la parité hommes-femmes, l’importance de repérer et de comprendre les préjugés inconscients, de même que la pertinence et l’accueil des quotas et des cibles de sièges occupés par des femmes aux conseils d’administration.

Tamara Finch nous a parlé du mandat du Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l’Ontario visant la promotion de la diversité et de l’inclusion, et de la manière dont l’organisation a modifié sa vision sur la mixité au sein des sociétés dans lesquelles elle investit. Les efforts de l’organisation axés sur la diversité comprennent notamment de mettre au défi ses équipes de négociation et de les inciter à nommer plus de femmes aux conseils d’administration afin d’atteindre une cible de 30 % de femmes d’ici 2022. L’organisation a proposé un défi similaire à ses agences de recrutement de cadres pour pourvoir les postes aux conseils d’administration et met en place d’autres initiatives visant à promouvoir la diversité, notamment une formation continue sur les préjugés.

Michelle Khalili a abordé plusieurs aspects d’un changement organisationnel lié à la mixité dans une grande banque, notamment le rôle qu’y joue la direction. « Lorsque nous envisageons de changer une culture, ce changement doit émaner de l’équipe de direction », affirme Mme Khalili. Selon elle, il est essentiel de donner aux comités d’employés le pouvoir de mettre en place une stratégie relative à la diversité. Elle s’est également exprimée sur l’importance de nommer des hommes et des femmes à titre d’agents du changement, en vue d’atteindre des objectifs et des critères en matière de diversité conformes aux objectifs de l’organisation.

Camilla Sutton de Women in Capital Markets, une organisation qui a pour objectif de promouvoir le changement et de permettre à plus de femmes d’accéder à des postes de direction dans le secteur, nous a parlé de quelle manière WCM suscite des discussions et change les discours sur la mixité. « Nous brisons beaucoup de mythes », affirme Mme Sutton sur la mission que s’est donnée le WCM de déboulonner des mythes sur le travail dans les marchés financiers, afin de prouver aux filles, dans les médias sociaux et lors de visites dans les écoles, que les marchés financiers ne sont pas « réservés aux hommes ». Elle explique que le mandat du WCM consiste également à former un bassin de talents pour des carrières dans les marchés financiers, et à faire de la promotion et de la recherche afin de mettre en place de puissants outils de changement.

Kristy Payne a parlé des initiatives de Plan International Canada, tant au Canada qu’à l’étranger, notamment du programme de chef de la direction pour une journée et du mouvement « Parce que je suis une fille », qui visent à mettre fin à l’inégalité entre les sexes et à promouvoir les droits des filles. Plan International Canada fait participer les collectivités au changement et les amène à reconsidérer leur manière d’aborder les défis selon leurs normes culturelles. Selon Mme Payne, il est temps de se pencher sur les dynamiques du pouvoir au pays et à l’étranger pour ce qui est des sexes.

Osler a un engagement de longue date en matière de mixité et s’efforce de mettre en place des processus et des programmes visant à promouvoir l’avancement des femmes au sein de notre cabinet. Pour obtenir davantage de renseignements sur notre promotion de la diversité et de l’inclusion, veuillez consulter notre rapport annuel de 2017, intitulé : La diversité chez Osler : rétrospective de l’année 2017 (version en français disponible bientôt).

Joyce Bernasek, associée du groupe de pratique des services financiers et coprésidente du Réseau des avocates d’Osler, accueille les participantes et les panélistes lors du tout premier événement du cabinet à l’occasion de la Journée internationale des femmes, le 8 mars 2018.

Michelle Khalili, directrice générale, Marchés du capital de risque, Marchés mondiaux CIBC (au centre), se prononce lors d’un forum de discussion animé par Colleen Moorehead, chef de la direction client d’Osler (première à gauche). Parmi les panélistes présentes, notons Tamara Finch, directrice générale, Gestion de portefeuille, du Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l’Ontario (deuxième à partir de la gauche), Camilla Sutton, présidente et chef de la direction de Women in Capital Markets (deuxième à partie de la droite) et Kristy Payne, chef des communications, Plan International Canada (à droite).