Réformer le droit à la vie privée à l’ère de l’intelligence artificielle — CBA/ABC National

Patricia Kosseim

Le 5 mars 2019

Patricia Kosseim, avocate-conseil au sein d’Osler, explique au magazine CBA/ABC National que des changements pourraient être apportés sous peu aux règles et aux réglementations du Canada en matière de respect de la vie privée et de gestion de l’information, en raison de l’importance grandissante de l’intelligence artificielle (IA) et de la surveillance accrue dont elle fait l’objet. Dans son article, l’auteure, Agnese Smith, aborde la question de l’équilibre entre la protection des renseignements personnels, le modèle d’affaires de l’IA et le cadre réglementaire qui les régit. Elle se penche sur les prochaines mesures qui pourraient être prises dans la foulée d’une « étude d’un comité de la Chambre des communes qui a exhorté les décideurs politiques à agir de manière urgente pour mieux protéger la vie privée des Canadiens. » Selon Patricia Kosseim, avocate-conseil au sein du groupe Respect de la vie privée et gestion de l’information d’Osler, il faut s’attendre à une certaine refonte des réglementations du Canada en matière de gestion de l’information.

Par ailleurs, lors de son entretien avec le magazine CBA/ABC National, elle a mentionné « [qu’il] y a une reconnaissance croissante que les [lois en matière de vie privée] devront être mises à jour ». Or, selon elle, il règne un certain flou en ce qui a trait aux besoins des parties prenantes. De fait, « il semble y avoir plus de voix qui s’élèvent pour réclamer du changement, mais elles ont différentes motivations et opinions quant aux manières d’y parvenir. »

L’article décrit ensuite les avantages économiques et la nature changeante de l’IA et l’importance de renforcer les réglementations en matière de respect de la vie privée.

Pour plus de renseignements, nous vous invitons à lire l’article d’Agnese Smith intitulé « Réformer le droit à la vie privée à l’ère de l’intelligence artificielle », dans le magazine CBA/ABC National.