Passer au contenu

ESG des fonds de placement privés – Un bon travail, de bons résultats

Auteur(s) : Eric M. Levy, John Groenewegen, Brett Anderson

Le 14 mai 2020

Pour de plus amples renseignements sur les modifications ci-dessous ou pour d'autres questions relatives aux fonds de placement privés, veuillez communiquer avec l’un des auteurs ci-dessus ou avec un membre de notre groupe d'investissement privé et investissement des caisses de retraite.

La survenance de la pandémie COVID-19 a poussé sous les feux des projecteurs certains de nos clients du secteur des fonds de placement privés ayant connu des progrès notables. Ces dernières semaines, les fonds de placement privés, dont beaucoup ont tendance à éviter les projecteurs, ont apporté des contributions importantes afin de soutenir leurs communautés et celles qui sont les plus touchées par la COVID-19.  Plusieurs des principaux fonds de placement privés au monde ont engagé des sommes considérables dans des fonds d’aide, des hôpitaux et des banques alimentaires, et ont pris des mesures pour soutenir et fournir des repas et des logements aux travailleurs de la santé de première ligne plongés dans des circonstances extraordinaires.

La notion selon laquelle les entreprises peuvent et doivent tenir compte des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans le cadre de leurs décisions d’investissement et de gestion – souvent appelée investissement responsable – n’est pas nouvelle. Toutefois, la prévalence croissante des facteurs ESG au sein des fonds de placement privés, à la fois comme facteur de décision d’investissement et d’atténuation des risques et comme partie intégrante d’une stratégie visant à générer des rendements supérieurs à long terme, est relativement nouvelle.

Historiquement, le secteur des fonds de placement privés a souvent été perçu comme ayant un seul objectif : le rendement financier pour les investisseurs. Bien que cette réputation persiste encore dans certains milieux, la réalité est que les promoteurs de placements privés adhèrent et adoptent diverses formes de politiques d’investissement ESG depuis plus de dix ans. Aujourd’hui, les fonds de placement privés reconnaissent de plus en plus que la viabilité à long terme des entreprises qui composent leur portefeuille est étroitement liée au bien-être des parties prenantes, notamment les employés, les fournisseurs, les clients et les communautés dans lesquelles ils exercent leurs activités. Des commanditaires avant-gardistes se sont engagés à faire de l’ESG une philosophie d’investissement.  Le recalibrage de secteur que nous avons observé avec nos clients au cours de la dernière décennie a été marqué par :

  • l’émergence des normes internationales, notamment les « Principes pour un investissement responsable » soutenus par les Nations unies, qui réunit présentement près de 2 400 fonds signataires, un groupe qui contrôle un capital stupéfiant de 86 000 milliards de dollars ;[1]
  • une étude mondiale réalisée en 2019 par PWC auprès de 162 fonds de placement privés, qui a révélé le fait que 91 % des répondants avaient ou étaient en voie d’élaborer une politique d’investissement responsable et que 35 % disposaient d’une équipe interne dédiée aux initiatives d’investissement responsable ;[2]
  • la vérification diligente des fonds de placement privés axée sur les initiatives ESG, y compris l’éthique commerciale, la fraude et la corruption, la santé et la sécurité au travail, la chaîne d’approvisionnement responsable, la gestion des déchets et l’utilisation de l’énergie ;[3]
  • ESG est de plus en plus considéré comme un moyen non seulement de protection, mais aussi de création de valeur de même qu’un facteur pris en considération par les acheteurs et les marchés publics lors des transactions de sortie ;
  • l’influence accrue des facteurs sociaux et environnementaux sur le comportement des consommateurs et sur les conditions commerciales – les consommateurs mettent de plus en plus leur pouvoir d’achat au service des enjeux ESG ; et
  • Institutional Limited Partners Association (ILPA) reconnaît l’investissement ESG comme un moyen de mieux gérer les risques et de générer des rendements durables à long terme : les principes 3.0 de l’ILPA récemment publiés, dont l’un des thèmes clé est la promotion de la transparence, de la gouvernance et de l’alignement des intérêts, conseillent les commandités d’envisager le maintien et la mise à jour des déclarations de politique ESG.[4]

Bien que les enjeux ESG soient présents aujourd’hui plus que jamais, le degré d’adhésion des fonds de placement privés peut varier considérablement, en raison notamment de la pression et des attentes des investisseurs du fonds.  L’engagement en faveur des principes ESG peut aller d’une approche traditionnelle (axée sur le retour sur investissement et le respect des obligations ESG imposées par la loi), à une stratégie de mitigation des risques (axée sur la gestion des risques par le biais de politiques environnementales et de gouvernances réfléchies), en passant par des investissements ESG opportunistes (axés sur l’investissement dans des sociétés de portefeuille faisant preuve de leadership en matière d’ESG), ou des investissements d’impact (axés sur l’impact social parallèlement à un rendement financier). En parlant avec nos clients, tant du côté des promoteurs que des commanditaires, nous avons observé un certain nombre de caractéristiques communes :

  1. Politique ESG : Lors de la campagne de financement, les promoteurs de fonds placement privés peuvent s’attendre à ce que les investisseurs institutionnels leur demandent une copie de leur politique ESG dans le cadre de la vérification diligente des investisseurs. Les investisseurs s’attendent à une politique simple et constructive, traitant de la recherche de financement, de la vérification diligente, de la gestion des sociétés de portefeuille et du suivi des actifs.  Les aspects ESG sont perçus par nos clients qui sont des investisseurs institutionnels comme une opportunité de générer une croissance durable plutôt qu’une contrainte sur les rendements.
  2. Engagement des parties prenantes :  Les investisseurs institutionnels, y compris les fonds de pension, trouvent de plus en plus de soutien actif aux initiatives ESG parmi leurs membres, bénéficiaires et parties prenantes.  Ces investisseurs veulent être perçus comme des précurseurs en matière d’ESG, ce qui réduit la probabilité qu’ils soient obligés de défendre leurs décisions d’investissement après coup ou qu’ils soient la proie de campagnes de désinvestissement.
  3. Gestion des risques :  Les organisations qui ignorent l’ESG – que ce soit en ignorant les pratiques de diversité et d’inclusion, en négligeant les questions environnementales ou en adhérant à des pratiques patronales non éthiques – présentent une proposition d’investissement plus risquée. C’est l’une des raisons pour lesquelles les investisseurs insistent pour que les promoteurs prennent en considération les facteurs ESG dans leur processus de vérification diligente.  Certains investisseurs institutionnels sont allés jusqu’à créer des équipes ESG habilitées à exercer leur droit de veto sur les investissements si le risque ESG perçu est trop important ou si le promoteur potentiel ne s’engage pas à respecter les principes ESG.
  4. Indicateurs de performance :  Les fonds de placement privés qui cherchent à se différencier des autres articulent et rendent compte de leur conformité avec des mesures quantifiables claires. Alors que des standards des parties tierces commencent à émerger, les indicateurs de conformité quantifiables et standardisés n’ont pas encore fait leur apparition.  Les fonds de placement privés qui fixent de manière proactive des objectifs quantifiables se distingueront de ceux qui ne le font pas et seront récompensés lors de leur prochaine ronde de financement.
  5. Changement de priorité :  Les initiatives environnementales, et le changement climatique en particulier, ont connu la plus grande attention des ESG au cours des dernières années. La pandémie COVID-19 a entraîné une sorte de rééquilibrage, les promoteurs et les investisseurs institutionnels examinant plus attentivement les facteurs et les initiatives « sociaux ».  Au moins un client promoteur a observé qu’il voit ceci comme une tendance à long terme visant à accorder une attention et une importance égales à chacune des trois facettes de l’ESG.

La dernière décennie a vu non seulement une acceptation croissante des investissements ESG dans le secteur des fonds de placement privés, mais aussi une évolution et un élargissement de la manière dont les promoteurs et les investisseurs institutionnels envisagent les investissements ESG. Certains pourraient attribuer l’expansion rapide de la prise en considération des ESG à une décennie de marché haussier – qui constitue sans doute l’environnement idéal pour explorer les initiatives non-financières – et se demander si les investissements ESG peuvent passer le test d’une correction du marché.  En effet, la détérioration sans précédent et inimaginable des conditions économiques mondiales résultant de la COVID-19 a présenté le premier test de ce type.  Bien qu’il soit trop tôt pour en faire des prévisions, nous sommes d’avis que les sociétés de placement privées qui adoptent des politiques et des pratiques de gouvernance ESG rigoureuses s’en sortiront mieux pendant la récession que leurs homologues à l’esprit traditionnel, en attirant des investissements, en résistant à l’examen minutieux accru des décideurs et des investisseurs soucieux des considérations ESG et en obtenant des résultats durables à long terme. 

 

[1]      Global Private Equity Report 2020, Bain & Company (disponible à l’adresse suivante: https://www.bain.com/globalassets/noindex/2020/bain_report_private_equity_report_2020.pdf) [Rapport Bain].

[2]      Private Equity Responsible Investment Survey 2019, PWC (disponible à l’adresse suivante: https://www.pwc.com/gx/en/services/sustainability/assets/pwc-private-equity-responsible-investment-survey-2019.pdf) [Rapport PWC].

[3]      Rapport PWC.

[4]      Ces politiques visent à fournir aux investisseurs des informations suffisantes pour évaluer le degré d’alignement de la stratégie d’investissement et des opérations du commanditaire avec les politiques ESG de l’investisseur (y compris, en particulier, la manière dont les aspects ESG est prise en compte dans les rapports de diligence raisonnable et de performance). Voir ILPA 3.0: Foster Transparency, Governance and Alignment of Interests for General and Limited Partners.  Institutional Limited Partners Association (disponible à l’adresse suivante: https://ilpa.org/wp-content/uploads/2019/06/ILPA-Principles-3.0_2019.pdf).