Passer au contenu

Principaux développements juridiques concernant les fusions et acquisitions publiques en 2020

Auteur(s) : Emmanuel Pressman, Jeremy Fraiberg, Alex Gorka

Le 8 décembre 2020

Même si la propagation du nouveau coronavirus (COVID-19) a été déclarée « pandémie mondiale » au premier trimestre et que les effets de celle-ci ont entraîné une forte baisse du volume des opérations aux premier et deuxième trimestres de 2020, le volume des opérations 2020 a enregistré une forte reprise, au quatrième trimestre. Le présent article se veut un aperçu de ces tendances ainsi que des développements juridiques les plus remarquables sur le plan des fusions et acquisitions publiques en 2020.

L’incidence de la COVID-19 sur les marchés et sur les modalités des opérations

La COVID-19 a eu une forte incidence sur le volume des opérations et les modalités des opérations de fusion et acquisition au Canada, en 2020. Elle a également entraîné la renégociation ou la fin de plusieurs opérations de grande envergure.

En date du 30 octobre 2020, il avait été annoncé 40 acquisitions de sociétés ouvertes canadiennes, comparativement à 58 pour la même période en 2019, selon Practical Law Canada. Au commencement de 2020, le volume des opérations était légèrement inférieur à celui de 2019. S’en est suivi une forte baisse, au début de la pandémie ; le volume des opérations a effectué une remontée au dernier semestre de 2020, même s’il n’a pas atteint les niveaux de 2019...

Plus d’informations dans la retrospectiveanneejuridique.ca