Passer au contenu

The Mergers & Acquisitions Review: Canada (11e édition)

Auteur(s) : Emmanuel Pressman, Jeremy Fraiberg, Robert M. Yalden

Le 25 octobre 2017

L'édition 2018 de Mergers and Acquisitions in Canada Review est maintenant disponible.

Lorsque nous avons réalisé une étude sur le marché des fusions-acquisitions au Canada l’année dernière, nous avons prédit que la baisse du volume de fusions-acquisitions observée au Canada en 2015 se maintiendrait sans doute à court terme. Le début de l’année 2016 n’a pas démenti nos prévisions, puisque les fusions-acquisitions canadiennes ont poursuivi leur tendance à la baisse au premier trimestre, enregistrant un recul pour la sixième fois en sept trimestres. Toutefois, le marché canadien des fusions-acquisitions a rebondi au deuxième trimestre 2016 et il est ensuite monté en flèche, pour finir l’année sur une excellente note. Dans l’ensemble, quelque 2 685 opérations ont été annoncées l’année dernière, ce qui représente une hausse comparativement aux 2 621 opérations annoncées en 2015. La valeur totale des opérations est demeurée élevée, soit 331,5 milliards de dollars canadiens, après avoir frôlé les records en 2015 avec une valeur totale de 349 milliards de dollars canadiens, comparativement à 238 milliards de dollars canadiens l’année précédente. Comme le laissent entendre ces chiffres, 2016 a été une année exceptionnelle en raison de la succession de mégaopérations (d’une valeur supérieure à un milliard de dollars canadiens), mais aussi du regain d’activité sur le marché intermédiaire. Pour une cinquième année de suite, le secteur où il s’est conclu le plus d’ententes est l’immobilier, avec 381 opérations annoncées. Cependant, en ce qui concerne la valeur des opérations, le secteur de l’énergie est de loin celui qui domine en raison surtout de plusieurs mégaopérations annoncées, comme l’acquisition par Enbridge Inc. pour 61 milliards de dollars canadiens de Spectra Energy Corp, une société de gazoducs et d’oléoducs du Texas, et l’acquisition par Transcanada Pipeline USA, LTD pour 18,2 milliards de dollars canadiens de Columbia Pipeline Group, une autre société du Texas exploitant un vaste réseau de gazoducs. L’activité dans le secteur industriel a diminué de 29 % au dernier trimestre 2016, alors qu’elle avait été soutenue au cours des trois premiers trimestres dans ce secteur habituellement mouvementé qui a connu l’une des opérations les plus remarquées de l’année : la fusion d’égal à égal annoncée, d’une valeur de 24 milliards de dollars canadiens, entre deux poids lourds des produits agricoles, Agrium Inc. et Potash Corporation of Saskatchewan Inc. Les actionnaires des deux sociétés ont voté massivement afin d’approuver le projet de fusion à l’automne 2016 et au moment de la rédaction du présent article, les parties espéraient conclure l’opération au troisième trimestre 2017.

Sur le marché des fusions-acquisitions au Canada en 2016, la tendance à la hausse du nombre de fusions-acquisitions d’entreprises étrangères s’est poursuivie, les entreprises canadiennes étant toujours aussi actives à l’échelle internationale, la volatilité du dollar canadien par rapport au dollar américain ne semblant pas les inquiéter outre mesure. Outre l’opération Enbridge mentionnée ci-dessus, l’acquisition par Open Text Corporation pour 2,1 milliards de dollars canadiens de la division de contenu d’entreprise de Dell EMC illustre bien les efforts des entreprises canadiennes afin de trouver des occasions de croissance stratégique à l’étranger. Globalement, environ 43 % des opérations réalisées en 2016 concernaient une entreprise visée étrangère ou un acheteur étranger (les acquisitions d’entreprises étrangères par des entreprises canadiennes ayant été plus nombreuses que les acquisitions d’entreprises canadiennes par des entreprises étrangères, selon un ratio de 1,4 pour 1). Les caisses de retraite canadiennes et les promoteurs en capital-investissement sont demeurés actifs en concluant d’importantes opérations à l’étranger, tout particulièrement dans les secteurs mondiaux des services publics et des infrastructures, qui offrent de meilleures perspectives de rendement stable. Par exemple, l’une des opérations ayant attiré l’attention est celle où l’Alberta Investment Management Company, le Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l’Ontario et OMERS ont fait équipe pour faire l’acquisition de London City Airport Ltd pour 3,8 milliards de dollars canadiens. Onex Corporation a été l’un des investisseurs de capitaux privés ayant réalisé le plus grand nombre d’acquisitions en 2016; en effet, la société a agi comme acquéreur dans trois opérations distinctes évaluées à plus de 1,5 milliard de dollars canadiens chacune, dont l’acquisition pour 4,7 milliards de dollars canadiens des activités de propriété intellectuelle et de science de Thomson Reuters Corporation. Après une année de baisse en 2015, les fusions-acquisitions d’entreprises canadiennes par des entreprises étrangères ont retrouvé des niveaux plus proches de ceux observés en 2014.

Dans la dernière édition de la publication The Mergers & Acquisitions Review, nous avons mentionné que le portrait du marché des fusions et acquisitions au Canada en 2015 était celui des mégaopérations, l’activité du marché intermédiaire connaissant un recul de 21 % en 2015 par rapport à l’année précédente. En 2016, le marché des plus grandes entreprises est demeuré très actif, puisque 57 opérations (d’une valeur totale de 225,1 milliards de dollars canadiens) de plus d’un milliard de dollars canadiens ont été annoncées (comparativement à 55 mégaopérations en 2015 et à seulement 42 mégaopérations en 2014). Cependant, l’année a également connu un remarquable regain d’activité sur le marché intermédiaire, où le volume des opérations d’une valeur inférieure à 250 millions de dollars canadiens a grimpé pour représenter jusqu’à 90 % et plus de toutes les opérations dont la valeur est déclarée pour trois des quatre trimestres. Grâce à ces tendances, 2016 a été une année meilleure que prévu pour le marché canadien des fusions et acquisitions, puisque la forte activité sur le marché des grandes entreprises a continué de croître à un rythme constant tandis que l’activité sur le marché intermédiaire, un secteur qui a toujours été le point fort du marché canadien des fusions et acquisitions, a renoué avec des niveaux d’activité plus conformes aux tendances du passé. En fin de compte, les vents contraires qui s’étaient levés au début de 2016 ont fini par retomber et le marché des fusions et acquisitions s’est montré particulièrement vigoureux au cours des trois derniers trimestres.

TÉLÉCHARGER : The Mergers & Acquisitions Review: Canada


Reproduit avec la permission de Law Business Research Ltd. L’extrait de cet article a d’abord paru dans la publication The Mergers & Acquisitions Review, Edition 11 (paru en octobre 2017 – éditeur Mark Zerdin).


Robert Yalden, Emmanuel Pressman et Jeremy Fraiberg souhaitent remercier leurs associés, Patrick Marley et Shuli Rodal, ainsi que Chris Greenaway (sociétaire), pour leur aide précieuse dans la préparation de ce chapitre. Les données sur l’activité relative aux fusions et acquisitions dans le présent chapitre sont tirées des rapports sur les fusions-acquisitions canadiennes publiés par Crosbie & Company.

Laissez-nous vous aider à vous tenir à jour. Recevez nos mises à jour par courriel.

Abonnez-vous