Passer au contenu

Les enjeux en matière de confidentialité ont été plus cruciaux que jamais en 2018 pour les organismes de réglementation, les entreprises et les particuliers

Auteur(s) : Patricia Kosseim, Adam Kardash

Le 18 décembre 2018

Les vastes fuites de données survenues un peu partout dans le monde ont retenu l’attention des conseils d’administration. Les conseils d’administration sont de plus en plus saisis par ce problème et commencent à poser des questions de plus en plus précises à la haute direction de leur organisation sur l’état de la sécurité et de la confidentialité au sein de celle-ci. Les organismes de réglementation ont vu leur mission renforcée pour assurer la protection des données et coordonnent leurs efforts à ceux des organismes de protection des consommateurs, de la concurrence et des droits de la personne pour contrer les géants mondiaux de l’Internet et prémunir contre les risques d’atteinte à la vie privée que présentent les modèles d’affaires nouveaux et émergents. Les parlementaires se préoccupent également de l’efficacité des lois canadiennes face à la croissance des cyberrisques menaçant la vie privée, l’infrastructure critique et même la démocratie. Comité après comité, rapport après rapport et recommandation après recommandation, on réclame un resserrement des lois sur la protection de la vie privée et l’octroi de pouvoirs et de ressources supplémentaires au Commissaire fédéral à la protection de la vie privée. Les particuliers sont de plus en plus furieux d’apprendre par les médias ce qu’il advient de leurs données personnelles en arrière-scène. Ils commencent à riposter en signant des pétitions, en déposant des plaintes et en ayant recours au boycottage.

En 2018, les enjeux en matière de vie privée et de sécurité se sont accrus dans tous les domaines, secteurs d’activité et pays, en raison des violations de données...

En lire davantage sur retrospectiveanneejuridique.ca

Laissez-nous vous aider à vous tenir à jour. Recevez nos mises à jour par courriel.

Abonnez-vous