« C’est un bon moment pour faire des affaires à Montréal », déclare le nouveau président du conseil de la Chambre – Montreal Gazette

Shahir Guindi Ad. E.

Le 27 novembre 2019

Comme nous l’avons annoncé dans une récente nouvelle, le coprésident national d’Osler Shahir Guindi a été nommé président du conseil d’administration de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain pour 2019-2020. Un mois après sa nomination, Shahir s’est entretenu avec Frédéric Tomesco de la Montreal Gazette pour nous faire part de son avis sur son nouveau poste. Dans l’article de la Montreal Gazette, Tomesco décrit le cheminement de carrière de Shahir – depuis ses années d’étudiant en droit à l’Université McGill, de sa décision ensuite de refuser une offre d’un cabinet d’avocats de Wall Street, et jusqu’à ses fonctions actuelles d’« avocat en droit des affaires influent » et de coprésident d’Osler. Interrogé sur ce qu’il souhaite réaliser en tant que président du conseil d’administration de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Shahir indique qu’il veut encourager « les membres à évaluer leurs activités » en fonction de principes définis.

Il explique qu’« il pourrait s’agir des incidences sur le climat, la chaine d’approvisionnement, l’emploi, la santé et le bien-être ou encore des incidences sur le logement social. J’espère donc que ces principes seront présents dans l’esprit des membres à l’occasion de toutes nos conversations à la Chambre, y compris au conseil d’administration. Cela ne veut pas dire que les rendements financiers ne sont pas importants, mais que nous ne devons pas nous satisfaire de ces seuls rendements. »

Shahir aborde ensuite quelques-uns des enjeux importants auxquels les entreprises montréalaises doivent faire face, notamment la pénurie de main-d’œuvre, le besoin d’innovation et de transformation numérique. L’entrevue se termine sur le point de vue de Shahir relativement à la perception de Montréal par les investisseurs étrangers.

« C’est un bon moment pour faire des affaires à Montréal, bien plus que par le passé, mais il reste encore beaucoup à faire », déclare Shahir.

« Le fait que la ville se porte vraiment bien offre des occasions d’innover davantage, de travailler plus fort, de prendre un peu plus de risques, de sortir de sa zone de confort ainsi que de s’efforcer d’obtenir de meilleurs résultats financiers et non financiers. Se contenter de profiter de la réussite de la ville peut être risqué, car nous vivons dans une économie au caractère cyclique et les cycles évoluent. C’est maintenant que nous devons jeter les bases d’une croissance durable, mais aussi, à mon avis, d’un impact social, et ce, quelle que soit la conjoncture économique. »

Nous vous invitons à lire dans son intégralité l’entrevue avec Shahir de Frédéric Tomesco, intitulée « A good time to be in business in Montreal » says new Chamber chair (en anglais seulement) », dans la Montreal Gazette du 24 novembre 2019.