Dans les médias

Stephen Poloz refuse de revoir le mandat des fonds de pension afin de stimuler l’investissement au Canada — The Logic

13 Juin 2024 2 MIN DE LECTURE
Professionnel(s) mentionné(s)
Stephen Poloz O.C.

Conseiller spécial, Ottawa

Stephen Poloz, ancien gouverneur de la Banque du Canada et conseiller spécial d’Osler, aborde en douceur sa récente nomination pour ésider un groupe de travail mis en place par le gouvernement fédéral pour encourager les fonds de pension à investir davantage dans les entreprises canadiennes. Comme il l’explique à Catherine McIntyre du magazine The Logic, « l’objectif est d’encourager l’investissement, et non de le contraindre. »

Il poursuit en expliquant qu’il demande aux fonds de pension ce qui peut être fait pour les aider à accroître leurs investissements nationaux. « Pouvons-nous éliminer des obstacles ? Pouvons-nous créer de nouveaux véhicules pour faciliter le processus d’investissement ? »

Stefen Poloz devait à l’origine diriger un groupe de travail composé de sept ou huit membres. Toutefois, il s’est attelé seul à la tâche et à la suite de sa demande, il a déjà obtenu des soumissions officielles de 15 fonds de pension. Il affirme qu’à ce jour, les représentants des fonds de pension ont exprimé une réalité commune : « “Nous aimerions investir davantage au Canada, mais…” C’est le “mais” qui est préoccupant. Qu’est-ce qui vous retient ? »

Stefen Poloz indique qu’il envisage de soumettre ses recommandations au gouvernement fédéral cet été, et que cet échéancier serré, couplé à la volonté du gouvernement de relancer les investissements situés au Canada, implique des restrictions quant aux types d’actions qu’il peut recommander. « Le gouvernement actuel n’a pas le temps de tenter l’impossible… S’il veut des changements, il doit les faire très bientôt. »

Les abonnés du journal The Logic peuvent lire l’article complet en ligne (en anglais seulement).

Professionnel(s) mentionné(s)
Stephen Poloz O.C.

Conseiller spécial, Ottawa