Passer au contenu

Accélération de l’adoption de services juridiques innovants

Auteur(s) : Michael Fekete, Simon Wormwell, Gillian S.G. Scott, Natalie Munroe, Jennifer Thompson

Le 8 décembre 2020

Lorsqu’on jette un regard sur l’année 2020, c’est un lieu commun de dire que la seule constante a été le changement. La pandémie de COVID-19 a non seulement eu une incidence sur la nature du travail des avocats en créant de nouveaux défis juridiques de fond, mais elle a également eu des répercussions sur notre façon de travailler. La dispersion des effectifs vers des lieux éloignés a accéléré l’adoption d’outils de collaboration et de solutions en ligne par la plupart, voire la totalité, des prestataires de services professionnels, y compris les professionnels du droit. La très grande incertitude entourant la conjoncture économique a renforcé la nécessité de faire plus avec moins.

La pandémie a également fourni une plateforme pour des conversations à une échelle jamais connue auparavant entre les avocats et les clients au sujet de technologies, d’outils, de processus et de modèles de dotation innovants en matière de services juridiques, accélérant ainsi le rythme de leur adoption. Un exemple clair est l’attention accrue portée aux prestataires de services juridiques novateurs (aussi appelés ALSP [de l’anglais Alternative Legal Service Providers], et lorsqu’ils exercent leurs activités au sein de cabinets d’avocats, en tant qu’ALSP captifs) et la décision corrélative des services juridiques internes de faire une place à ces prestataires de services. Comme décrit ci-dessous, le modèle qui fait appel à des ALSP captifs procure aux clients des services et des produits innovants qui aident à résoudre les problèmes juridiques de fond pouvant toucher tous les volets de leurs activités professionnelles dans l’environnement difficile que nous connaissons, mais aussi pour l’avenir...

Plus d’informations dans la retrospectiveanneejuridique.ca